Armement nucléaire

Communiqué de presse

Bruno Barrillot, co-fondateur de l’Observatoire des armements, lauréat 2010 du « Nuclear Free Future Award »

« Nuclear Free Future Award »

Non-prolifération Victimes du nucléaire

Mise en ligne : Vendredi 2 juillet 2010
Dernière modification : Mardi 19 juillet 2022

Fondé en 1998, le « Nuclear Free Future Award » vient récompenser chaque année, les organisations, les individus qui, partout dans le monde, agissent pour un avenir libre du nucléaire, qu’il soit civil ou militaire. Bruno Barrillot figure parmi les 5 lauréats 2010.

Alors que la loi pour l’indemnisation des victimes des essais nucléaires entre tout juste — et avec difficultés — en application et que les Polynésiens commémorent en ce 2 juillet, la date anniversaire de l’explosion de la première bombe atomique sur l’atoll de Moruroa, Bruno Barrillot est récompensé pour son engagement et son action sans faille depuis plus de vingt-six ans aux côtés des victimes des essais nucléaires.

«  Ce prix vient aussi récompenser, souligne Bruno Barrillot, tout un réseau qui a assuré une continuité opiniâtre face au refus de la France de reconnaître et d’assumer ses responsabilités. Ce prix honore non seulement le combat pour le droit des victimes, mais aussi la lutte de ces mouvements et peuples qui ont été violentés par les essais nucléaires des grandes puissances. »

Créé en 1984 à Lyon, par Bruno Barrillot, Patrice Bouveret et Jean-Luc Thierry sous le nom de Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits, l’Observatoire des armements/CDRPC, est alerté sur les conséquences des essais nucléaires de la France tant en Polynésie qu’au Sahara. Publication d’ouvrages de recherche, déplacements en Polynésie et en Algérie, participation au regroupement des victimes, organisation de colloques, intervention auprès des parlementaires pour qu’ils déposent des propositions de lois, tels seront quelques-unes des tâches auxquelles s’attellera Bruno Barrillot, en tant que directeur de l’Observatoire des armements avant de devenir, en octobre 2009, « Délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires » auprès du gouvernement polynésien.

L’Observatoire des armements se réjouit de cette reconnaissance du travail déjà accompli. Mais ce prix, accordé à Bruno Barrillot, nous renforce aussi dans notre détermination à obtenir que le gouvernement français, après un premier pas en faveur des victimes des essais nucléaires — avec la mise en place d’un processus d’indemnisation encore bien trop restrictif —, s’attelle aux conséquences environnementales des essais nucléaires et à l’élimination des armes nucléaires.

Dans un ouvrage paru en janvier 2010, {} Victimes des essais nucléaires : histoire d’un combat (éditions de l’Observatoire des armements, préfacé par la députée Christiane Taubira) Bruno Barrillot retrace, au travers d’un regard personnel, cette longue marche pour la vérité et la justice.

Soutenez les activités de l’Observatoire des armements

Aller plus loin

Mardi 13 septembre 2022

Les victimes des essais nucléaires réalisés par la France en Algérie ont-elles été sacrifiées sur l’autel de l’achat de gaz et du risque terroriste ? La question se pose à l’issue du voyage d’Emmanuel (...)

Vendredi 30 octobre 2020

Le compte à rebours est engagé. Plus que quatre ratifications et le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) entrera en vigueur, 90 jours après le dépôt à l’ONU de la cinquantième (...)

Dimanche 2 août 2020

Les bombes atomiques sont les armes les plus inhumaines jamais créées : • elles causent de graves dommages au génome humain et à l’environnement ; • elles violent le droit international et sapent la (...)