Revue Damoclès

De 7 à 77 ans, tou·tes militaires ?

n° 166-167 • 4/2022 & 1/2023 • 16 pages • 5,00 €

Armes nucléaires Contrôle des exportations Dépenses militaires / Budgets Industrie d’armement Mouvements de paix et de désarmement Service national / conscription Stratégies nucléaires Transferts / exportations

Mise en ligne : Mardi 6 juin 2023
Dernière modification : Jeudi 28 septembre 2023

À quelques années près, c’est à quoi l’« économie de guerre » nous prépare au vu des différentes propositions débattues autour du « Projet de loi de programmation militaire 2024-2030 » (voir dossier pages 7 à 16).
Le slogan publicitaire, aujourd’hui, serait « seulement » de 15 à 72 ans.
Âge de départ du parcours : 15 ans avec le Service national universel, appelé à devenir obligatoire (voir pages 3 à 6).
Ensuite, comme pour la retraite, le ministre des Armées a annoncé que la limite d’âge des réservistes, actuellement comprise entre 62 et 65 ans, va être repoussée à 70 et 72 ans !

L’objectif de ce report est d’avoir un réserviste opérationnel pour deux militaires d’active. Aujourd’hui au nombre de 40 000, ils devraient être le double en 2030 — soit 80 000 réservistes pour 290 000 militaires professionnels — et 105 000 à l’horizon 2035. Des réservistes que le ministre souhaitent également pouvoir envoyer en missions ponctuelles en Afrique.

Ce n’est pas tout, car un député de la majorité, M. Bru, a déposé un amendement qui prévoit la création d’une réserve industrielle composée d’ingénieurs et d’ouvriers d’usine, qui opéreraient sous statut militaire.
Une idée lancée par le directeur général de Nexter, l’un des principaux producteurs français de munitions, en mars dernier.

Il existe pourtant déjà les affections de défense collectives ou individuelles, dans le cadre des ordonnances de 1959 sur la défense qui permettent au gouvernement de réquisitionner sur leur travail ou dans le cadre de certaines activités, tout ou une partie de la population. Mais il ne peut s’agir que de mesures temporaires s’appliquant en cas de situation exceptionnelle.

Avec ces projets actuellement en discussion nous assistons à une banalisation de la militarisation de la société inacceptable, totalement contraire au vivre ensemble collectif et au développement d’une paix juste et durable.

Au sommaire

  • Ouverture : De 7 à 77 ans, tou·tes militaires ?
  • Actualité : Violation d’embargo : des composants français dans les armes russes
  • Actualité : Création d’un réseau de surveillance des entreprises d’armement
  • Focus : Service national universel • Une jeunesse au pas : une priorité pour l’armée
  • Focus : Obligation du SNU : un recul provisoire
  • Ouvrir le débat : Quelques éléments à propos de la loi de programmation militaire (2024-2030 (LPM) et des débats nécessaires
  • Ressources : Géopolitique du nucléaire, Teva Meyer ; Atlas militaire et stratégique, sous la dir. de Bruno Tertrais ; Le secret de l’État, sous la dir. de Sébastien-Yves Laurent ; Quelle solution pour la paix en Ukraine ?, de Daniel Lagot ; Combattre pour l’Ukraine, de Lasha Otkhmezuri
  • À noter sur vos agendas : 23 septembre 2023 : Marchons pour un monde sans arme nucléaire

Pour se procurer Damoclès

Acheter le numéro : 2,50 € + 1 € de port
S’abonner, 4 numéros par an (8 pages) :
France : 10 € • Autres pays : 15 €
Étudiants, chômeurs, tarif réduit : 8 €
Soutien à partir de 40 € (TVA (2,10 %) incluse)

Envoyer un chèque à l’ordre de l’Observatoire des armements, 187, montée de Choulans 69005 Lyon
ou un ou virement à Banque postale, centre de Lyon, compte n° 0330596S038
IBAN FR71 2004 1010 0703 3059 6S03 853

Abonnement à la revue Damoclès

Aller plus loin

Vendredi 28 décembre 2018

Créé en 1967 par quelques militants déjà aguerris — leurs convictions étaient, de manière prépondérante, pacifistes, non-violentes, chrétiennes et / ou socialistes — le Garm (Groupe d’action et (...)

Mercredi 23 novembre 2016

Comme tous les membres de l’ONU et de l’Union européenne, la France est tenue de respecter les embargos sur les ventes d’armes décidés par ces organisations. Pourtant, selon les informations (...)

Vendredi 12 janvier 2024

La coopération militaire et sécuritaire entre la France et Israël est en totale contradiction avec la signature par la France des textes internationaux — notamment les Conventions de Genève, le (...)

Soutenir par un don