Depuis plus de 30 ans, ils ont publié leurs analyses sur les armes nucléaires et agi en direction des victimes des essais nucléaires en participant à la mise en œuvre d’un réseau mondial en la matière. Leur action a été décisive auprès des victimes polynésiennes regroupées au sein de l’association Moruroa e tatou ainsi qu’auprès de l’Association des vétérans des essais nucléaires (Aven) en métropole.

Grâce à leurs rapports annuels sur les ventes d’armes (de 1995 à 2000) et leur participation à des coalitions française et européenne, la France, puis les autres pays européens ont été contraints de publier depuis les années 2000 un rapport annuel sur les exportations d’armements à destination du Parlement.

L’Observatoire des armements se situe à la croisée de l’expertise et de l’action dans les différents partenariats qu’il développe (cf. Partenariats/Campagnes).

En 1994, le CDRPC avait créé l’ Observatoire des transferts d’armements et en 2000 l’ Observatoire des armes nucléaires françaises . En 2008 ces deux observatoires ont été regroupés sous l’intitulé commun d’Observatoire des armements.